WADA publishes 2015 Testing Figures Report

Press Release

This article is written in English with a French translation underneath.

23 November 2016 

Key 2015 Report Highlights:

  • A 7.1% increase in the overall number of samples analyzed: 283,304 in 2014 to 303,369 in 2015.
  • Relative increase in number of Adverse Analytical Findings (AAFs) from overall samples analyzed: 1.11% (3,153 AAFs from 283,304) in 2014 to 1.26% in 2015 (3,809 AAFs from 303,369).
  • Relative increase in overall number of blood samples analyzed: 4.78% in 2014 (13,553 from 283,304) to 6.98% in 2015 (21,176 of 303,369).
  • Significant rise in testing for the key prohibited substances of: Growth Hormone (GH), Growth Hormone Releasing Factors (GHRFs) and Erythropoiesis Stimulating Agents (ESAs), as encouraged by the Technical Document for Sport Specific Analysis (TDSSA).

The World Anti-Doping Agency (WADA) publishes its 2015 Testing Figures Report (2015 Report), which summarizes the results of all 2015 samples analyzed by WADA-accredited laboratories, as reported in WADA’s Anti-Doping Administration and Management System (ADAMS). This includes in- and out-of-competition urine, blood and Athlete Biological Passport (ABP) blood data, and the subsequent AAFs and Atypical Findings (ATFs) reported. The 2015 Report represents the first set of global testing data since the 2015 World Anti-Doping Code (Code) came into effect on 1 January 2015.

Alongside areas of activities such as education, investigations and information sharing, testing is a critical tool in anti-doping organizations’ (ADOs) commitment to working towards fair competition and clean sport,” said WADA President, Sir Craig Reedie. “This 2015 Report represents figures from the first year under the enhanced Code that ADOs practice worldwide; and, interestingly, the findings highlight an increase in the number of samples analyzed and an increase in the number of Adverse Analytical Findings reported,” Reedie continued.

The 2015 Report highlights a 7.1% increase in the number of samples analyzed from 2014 to 2015 (283,304 samples analyzed in 2014 to 303,369 in 2015). The findings also show that there was a relative increase in Adverse Analytical Findings (AAFs) - widely known as positive tests – from 1.11% [of overall samples analyzed] in 2014 to 1.26% in 2015; and that there was a relative increase in the number of blood samples collected from 4.78% [of overall samples analyzed] in 2014 (13,553 from 283,304) to 6.98% in 2015 (21,176 of 303,369).

2015 was the first year that ADOs were required to incorporate the Technical Document for Sport Specific Analysis (TDSSA) into their testing programs, which is intended to ensure that three particular groups of prohibited substances -- which are deemed to be at risk of abuse in certain sports/disciplines -- are subject to an appropriate and consistent minimum level of analysis by all ADOs. Interestingly, the 2015 Report illustrates that there was a significant increase in testing by ADOs in three groups with: an 82% increase in Growth Hormone (GH) Isoforms testing compared with 2014; a 14.5% increase in Erythropoiesis Stimulating Agents (ESAs) testing in urine and an 84% increase in blood testing; and, a 91.7%1 increase in Growth Hormone Releasing Factors (GHRFs) testing. When compared to 2014, there was an increase in AAFs across two of the three groups: three additional AAFs for GH; and eight additional AAFs for GHRFs.

The 2015 Testing Figures Report provides powerful data that will help anti-doping organizations, including WADA, gain a better understanding of testing patterns and existing gaps, and adapt their anti-doping strategies accordingly,” explained WADA Director General, Olivier Niggli.

The 2015 Report does not illustrate statistics on Anti-Doping Rule Violations (ADRVs), which are reported via a separate Anti-Doping Rule Violations (ADRV) Report -- the 2015 version of which will be released in 2017. The ADRV Report reveals analytical and non-analytical cases and the outcomes of results management.

The 2015 Report includes data from 403 different Testing Authorities (TAs)2, a slight increase from the 385 reported in 2014 due to additional stakeholders that were identified as TAs. The figures include all analyses conducted in 2015 by the 35 WADA-accredited laboratories and by the three additional laboratories (‘approved laboratories’) that have been approved by WADA to conduct blood analysis exclusively for the purposes of the ABP blood module.

In reading the 2015 Report, it is important to note that:

  • One single result does not necessarily correspond to one athlete. Results may correspond to multiple findings regarding the same athlete or measurements performed on the same athlete; such as, in the case of longitudinal studies of testosterone.

  • The number of AAFs in the Report may not correspond with the number of ADRVs reported by ADOs. This is because all results are subject to a results management process conducted by ADOs, which includes matching results with Therapeutic Use Exemptions (TUEs), longitudinal studies, which can result in no case to answer or no sanction.

To help with the interpretation of the 2015 Testing Figures Report, a comprehensive Questions and Answers document is available on WADA’s website.

Notes:

1: The analysis of GHRFs (GHRH/GHS/GHRP) was not compiled in the 2014 Testing Figures Report since it was not available for Laboratories to record in ADAMS throughout 2014. In addition, not all WADA-accredited laboratories had the capacity to analyze GHRFs in 2014.

2: Testing Authority (TA): As defined in WADA’s International Standard for Laboratories, a TA is "The organization that has authorized a particular sample collection, whether (1) an Anti-Doping Organization (for example, the International Olympic Committee or other Major Event Organization, WADA, an International Federation, or a National Anti-Doping Organization); or (2) another organization conducting testing pursuant to the authority of and in accordance with the rules of the ADO (for example, a National Federation that is a member of an International Federation)."


 

 

Le rapport présente les données des contrôles en compétition et hors compétition, pour la première année conformément au Code mondial antidopage 2015

Points clés du Rapport sur les données de contrôles antidopage 2015 :

  • Augmentation de 7,1 % du nombre total d’échantillons analysés : 303 369 en 2015 contre 283 304 en 2014.
  • Augmentation relative du nombre de résultats d’analyse anormaux par rapport à l’ensemble des échantillons analysés : de 1,11 % (soit 3 153 résultats d’analyse anormaux sur 283 304) en 2014 à 1,26 % en 2015 (soit 3 809 résultats d’analyse anormaux sur 303 369).
  • Augmentation relative du nombre total d’échantillons sanguins analysés : 4,78 % en 2014 (soit 13 553 échantillons sur 283 304) contre 6,98 % en 2015 (soit 21 176 échantillons sur 303 369).
  • Hausse importante des contrôles pour les principales substances interdites que sont les hormones de croissance (GH), les facteurs de libération de l'hormone de croissance (GHRF) et les agents stimulants de l’érythropoïèse (ESA), ce qui répond aux recommandations du Document technique pour les analyses spécifiques par sport (DTASS).

23 novembre 2016 – L’Agence mondiale antidopage (AMA) a publié son Rapport sur les données de contrôles antidopage 2015 (le Rapport 2015), qui résume les résultats de tous les échantillons analysés en 2015 dans les laboratoires accrédités par l’AMA, tels que déclarés dans le Système d’administration et de gestion antidopage (ADAMS) de l’AMA. Cela comprend les données d’analyse des échantillons d’urine, des échantillons sanguins et des échantillons sanguins dans le cadre du Passeport biologique de l’athlète (PBA) prélevés en compétition et hors compétition, ainsi que les résultats d’analyse anormaux et les résultats d’analyse atypiques subséquents ayant été rapportés. Le Rapport 2015 contient les premières données de contrôles internationaux obtenues depuis que le Code mondial antidopage 2015 (le Code) est entré en vigueur le 1er janvier 2015.

« Tout comme la formation, les enquêtes et le partage d’informations, les contrôles sont un outil essentiel dans la lutte des organisations antidopage (OAD) pour des compétitions équitables et un sport propre, a déclaré Sir Craig Reedie, président de l’AMA. Le Rapport 2015 présente les données de la première année qui s’est écoulée depuis que le Code, qui est mis en application par les OAD du monde entier, a été révisé. Il est intéressant de constater que le nombre d’échantillons analysés a augmenté, de même que celui des résultats d’analyse anormaux. »
 
Le Rapport 2015 signale une augmentation de 7,1 % du nombre d’échantillons analysés entre 2014 et 2015 (283 3004 échantillons en 2014 contre 303 369 en 2015). Il montre également une augmentation relative des résultats d’analyse anormaux, généralement appelés contrôles positifs, qui sont passés de 1,11 % [de l’ensemble des échantillons analysés] en 2014 à 1,26 % en 2015. En outre, le nombre d’échantillons sanguins prélevés représentait 4,78 % [de l’ensemble des échantillons analysés] en 2014 (soit 13 553 échantillons sur 283 304) contre 6,98 % en 2015 (soit 21 170 échantillons sur 303 369).

En 2015, les OAD ont dû, pour la première fois, adapter leurs programmes de contrôle en fonction des exigences du Document technique pour les analyses spécifiques par sport (DTASS). L’objectif est de s’assurer que toutes les OAD procèdent à un niveau minimum d’analyse, de façon uniforme et cohérente, pour trois groupes particuliers de substances interdites que l’on juge susceptibles de faire l’objet d’abus dans certains sports ou certaines disciplines. Il est intéressant de noter que le Rapport 2015 fait ressortir une importante augmentation des contrôles réalisés par les OAD pour les trois groupes : en ce qui concerne les hormones de croissance (GH), la hausse s’élève à 82 % par rapport à 2014, pour les agents stimulants de l’érythropoïèse (ESA), elle est de 14,5 % pour les contrôles d’urine et de 84 % pour les contrôles sanguins, et pour les facteurs de libération de l'hormone de croissance (GHRF), il y a eu une augmentation de de 91,7 %1 des contrôles des facteurs de libération de l’hormone de croissance. Par rapport à 2014, un accroissement des résultats d’analyse anormaux a été constaté dans deux des trois groupes : trois résultats anormaux supplémentaires ont été obtenus pour les GH et huit pour les GHRF.

« Le Rapport sur les données de contrôles antidopage 2015, a expliqué Olivier Niggli, directeur général de l’AMA, fournit des données extrêmement utiles qui aideront les OAD, y compris l’AMA, à mieux comprendre les processus de contrôle et les différences qui existent entre eux afin d’adapter leurs stratégies antidopage en conséquence. »

Le Rapport 2015 ne fournit pas de statistiques sur les violations des règles antidopage (VRAD), qui sont déclarées sur un Rapport VRAD distinct, dont la version 2015 sera publiée en 2017. Le Rapport VRAD fournit des renseignements analytiques et non analytiques sur les cas et l’issue de la gestion des résultats.

Le Rapport 2015 présente des données provenant de 403 autorités de contrôle (AC)2 différentes, soit légèrement plus que les 385 AC de 2014, ce qui s’explique par le plus grand nombre de partenaires ayant été identifiés comme des AC. Les données englobent toutes les analyses effectuées en 2015 dans les 35 laboratoires accrédités par l’AMA et dans les trois autres laboratoires (les « laboratoires approuvés ») qui ont été approuvés par l’AMA pour effectuer des analyses hématologiques exclusivement dans le cadre du module hématologique du PBA.

À la lecture du Rapport 2015, voici des éléments importants à prendre en note :

  • Un résultat ne correspond pas nécessairement à un sportif. Les résultats peuvent correspondre à de multiples résultats provenant d’un même sportif ou à plusieurs mesures issues du même sportif, par exemple dans les cas d’études longitudinales de la testostérone.

  • Le nombre de résultats d’analyse anormaux indiqués dans le Rapport ne correspond peut-être pas au nombre de VRAD rapportées par les OAD, parce que tous les résultats sont assujettis au processus de gestion des résultats mené par les OAD. Ce processus consiste notamment à mettre les résultats en correspondance avec les autorisations d’usage à des fins thérapeutiques (AUT) et les études longitudinales, ce qui peut se traduire par des non-lieux ou l’absence de sanctions.

Pour plus d’informations concernant le Rapport sur les données de contrôles antidopage 2015, un document détaillé de Questions et Réponses est disponible sur le site Web de l’AMA.

Notes:

1: L’analyse des GHRF (GHRH/GHS/GHRP) n’a pas été présentée dans le Rapport sur les données de contrôles antidopage 2014, car les laboratoires n’avaient pas la possibilité d’enregistrer les données dans ADAMS en 2014. De plus, les laboratoires accrédités par l’AMA n’avaient pas tous la capacité d’analyser les GHRF en 2014.

2: Autorité de contrôle (AC) : Selon la définition du Standard international pour les laboratoires de l’AMA, une AC est une « organisation qui a autorisé un prélèvement d’échantillon, que ce soit (1) une organisation antidopage (par ex. le Comité international olympique ou une autre organisation responsable de grandes manifestations, l’AMA, une fédération internationale ou une organisation nationale antidopage); ou (2) une autre organisation réalisant des contrôles en vertu de l’autorité, et conformément aux règles, de l’organisation antidopage (par ex. une fédération nationale qui est membre d’une fédération internationale). »

Views

1506

Related Articles