Expedited procedures before the Court of Arbitration for Sport


Published 13 March 2015 By: Jeffrey Benz William Sternheimer

CAS Logo

This article is written in English with a French translation underneath.  

Background

Jurisdiction

As a matter of principle, consistent with historic, fundamental principles governing arbitral jurisdiction worldwide, a dispute may only be submitted to the Court of Arbitration for Sport (the “CAS”) if an arbitration agreement exist between the parties or if the regulations of a sports-governing body provides for such an arbitration for appeals against decisions taken in first instance by their judicial bodies

This principle is expressly set forth in Articles R38 and R47 of the CAS Code of Sports-Related Arbitration (the “Code”).1

 

Article R27 of the Code specifies that the CAS has jurisdiction to resolve disputes which are “sports-related.” While this principle, and the quoted language, appears to be a limit on jurisdiction, a narrow reading is deceptive. “Sports-related” jurisdiction has always been interpreted broadly.

For example, in the case TAS92/81 L. c. Y. SA, the fact that the contractual dispute concerned an exclusive licensing agreement for speed sport boats was enough to ground CAS jurisdiction pursuant to Article R27 of the Code. The Panel also found that the agreement was signed with L. not only for technical reasons but also to his reputation as a navigator. The CAS panel in such case, even though it considered that the link with sport could be considered as tenuous, found that the parties’ will to submit their disputes to CAS arbitration prevailed:

[i]n arbitration, the source of jurisdiction of the arbitral tribunal is the common will of the parties to submit their disputes to arbitration. If the parties decide to proceed through arbitration, they have a great liberty in the choice of arbitrators or in the arbitral institution that they approach. CAS in an arbitral institution which provides to the parties arbitral proceedings which are quick and inexpensive. The CAS has been created to favour the resolution of disputes in the specific field of sports. In view of the assets, notably very reduced costs, that it offers, it is normal that its scope of activity be defined and limited to sports-related cases. This is specifically the object of Article 4 of the Statutes.2If a dispute does not fall under article 4, the CAS may decide not to deal with it and thus allow parties to benefit from advantages not addressed to them. This is the sense of article 4. However, nothing precludes the CAS from accepting to deal with a dispute that parties submit to it, even if such dispute does not fall within the scope of article 4 of the Statutes. In such case, it is necessary that the members of the Panel also agree. This is a fortiori true with respect to a dispute which has links with sports, even though such links could be considered to be insufficient”.3

Such approach is consistent with the general principle that to avoid court for dispute resolution one must consent to the jurisdiction of an arbitrator and arbitration.

Types of dispute

In principle, under Article R27 of the Code, two types of disputes can be submitted to the CAS: disciplinary and commercial disputes.

Disciplinary disputes typically concern doping, non-enforcement of a decision, corruption or match-fixing disputes; but, as issues in sports continue to develop, there is no reason the list of the various types of disciplinary disputes cannot continue to grow.

Commercial disputes essentially concern contractual enforcement issues, for example transfers of players between clubs, employment-related disputes between players, coaches, agents and clubs, licensing, broadcast, and sponsorship agreements.

While disciplinary disputes are almost exclusively submitted to the CAS appeals arbitration procedure, commercial disputes may be submitted to both the CAS appeals and ordinary arbitration procedures.

Ordinary procedures

Concerning appeals arbitration procedures, Article R59 of the Code provides that the CAS award should be rendered within three months from the transfer of the case file to the Panel. The case file will be transferred to the Panel once the advance of costs will have been paid by the Appellant for cases falling under the provisions of Article R64 of the Code, or once the Panel has been confirmed by the CAS Division President in cases falling under the provisions of Article R65 of the Code. This deadline is subject to possible extensions in view of procedural requests, the complexity of the case etc.

In practice, the total average duration of a CAS appeals arbitration procedure from the moment the statement of appeal is filed is five months, with some longer and some shorter, depending on the willingness of the parties to proceed quickly or not. The extensions of time requested by parties and their availability to attend a CAS hearing can considerably affect the procedural calendar of the arbitration.

Awards in ordinary arbitration procedures do not need to be rendered within a specific deadline but, practically, the total average duration of such a procedure is less than one year, with big variations between cases (from three months to two years). This is explained by the fact that arbitrations may be suspended to give time to parties to negotiate a settlement, that the Code permits the filing of additional submissions (e.g., statements of claims and defenses in addition to the request for arbitration and answer to the request, costs statements, etc.) and often parties themselves seek extensions of deadlines or the opportunity to file additional submissions as issues surface during the pendency of the case.

 

Expedited procedures

Notwithstanding the above, on some specific occasions, time is of the essence, and the CAS provides for different types of expedited proceedings in the event that the parties, in their arbitration agreement, or the regulations of the concerned sports-governing body, do not provide for such expedited procedure.

These procedures are adapted for situations where competitions or events such as general assemblies, elections, etc. are scheduled. By reference to the CAS and its rules, such procedures become available in all disputes, provided the requisite standards for granting such relief or the application of the rules are met.

With the advent of new rules, within the past two years, from the major international commercial arbitration institutions, provisions for provisional or emergency relief have now become in fashion and are part of the fabric of international commercial arbitration, though data on how often the parties seek to avail themselves of such relief is not easy to obtain. See, e.g., LCIA Arbitration Rules4 Articles 9A, 9B, 9C, 22.1, 25; ICC Arbitration Rules5 Articles 28, 29; ICDR International Arbitration Rules6 Articles 6, 24, E-1 – E-10; HKIAC International Arbitration Rules7 Articles 23, 41, Schedule 4. The CAS has provided rules for provisional and expedited relief since at least 1994, and indeed the ability to render swift and substantial justice with all appropriate due process guarantees is a defining feature of sports arbitration before the CAS. This article briefly examines those provisions and the methods by which parties may avail themselves of or defend themselves against the implementation of these processes.

I. Provisional measures

Article R37 of the Code provides the following:

No party may apply for provisional or conservatory measures under these Procedural Rules before all internal legal remedies provided for in the rules of the federation or sports-body concerned have been exhausted.

(…)

The President of the relevant Division, prior to the transfer of the file to the Panel, or thereafter, the Panel may, upon application by a party, make an order for provisional or conservatory measures. In agreeing to submit any dispute subject to the ordinary arbitration procedure or to the appeal arbitration procedure to these Procedural Rules, the parties expressly waive their rights to request any such measures from state authorities or tribunals.

Should an application for provisional measures be filed, the President of the relevant Division or the Panel shall invite the other party (or parties) to express a position within ten days or a shorter time limit if circumstances so require. The President of the relevant Division or the Panel shall issue an order on an expedited basis and shall first rule on the prima facie CAS jurisdiction. (…) In cases of utmost urgency, the President of the relevant Division, prior to the transfer of the file to the Panel, or thereafter the President of the Panel may issue an order upon mere presentation of the application, provided that the opponent is subsequently heard.

When deciding whether to award preliminary relief, the President of the Division or the Panel, as the case may be, shall consider whether the relief is necessary to protect the applicant from irreparable harm, the likelihood of success on the merits of the claim, and whether the interests of the Applicant outweigh those of the Respondent(s).

The procedure for provisional measures and the provisional measures already granted, if any, are automatically annulled if the party requesting them does not file a related request for arbitration within 10 days following the filing of the request for provisional measures (ordinary procedure) or any statement of appeal within the time limit provided by Article R49 of the Code (appeals procedure). Such time limits cannot be extended.

(…)”.

Even though Article 183(1) of the Private International Law Act of Switzerland (PILS)8 can be interpreted to imply that only arbitral tribunals may order provisional measures, Article R37 of the Code provides for the jurisdiction of the CAS, through the CAS Division Presidents, to issue provisional measures even prior to the constitution of Panels.

Since the 2013 revision of the Code, parties may request provisional measures immediately after the notification of a final decision by a sports-body, even before filing a formal request for arbitration or statement of appeal. The only requirement for such application is that “all internal legal remedies provided for in the rules of the federation or sports-body concerned have been exhausted”.

Article R37 of the Code as well as Article 183 PILS do not specify or restrict in any way the types of provisional measures that can be ordered.

The procedure when an application for provisional measures is filed is the following:

The CAS Court Office will grant a deadline of ten days for the Respondent(s) to comment on the application. A shorter deadline will be fixed by the CAS Court Office should the circumstances so require or should the Applicant expressly request that its application be dealt on an expedited basis. In the latter case, the CAS Court Office will check whether the circumstance do require a shorter deadline should be granted to comment on the application. Thereafter, the CAS Division President will render an Order on request for provisional and conservatory measures on a short notice thereafter. The CAS Division President may only render the operative part of the Order if the circumstances so require. In exceptional cases only of utmost urgency, the CAS Division President shall issue an Order on request for provisional and conservatory measures ex parte.

A recent example concerned the case CAS 2014/A/3571 Asafa Powell v. Jamaican Anti-Doping Commission (JADCO). In his statement of appeal and appeal brief, the Appellant expressed his hope that he could have a hearing and final decision on the merits prior to the deadline to enter the Commonwealth Games Trials which were to be contested in Kingston, Jamaica from June 26 to June 29 2014. The deadline for the submission of entries for the Commonwealth Games Trials was 20 June 2014. On 11 June 2014, after several procedural incidents, when it was determined that a hearing could not take place prior to 20 June 2014, the Appellant filed a request for a stay of execution of the appealed decision. On 18 June 2014, the operative part of the Order on the request for a stay was issued by the CAS panel.

In accordance with regular CAS jurisprudence, which has been codified in the 2013 version of the Code, and as a general rule, when deciding whether provisional or conservatory measures may be accepted, it is necessary to consider whether the measure is useful to protect the Applicant from irreparable harm, the likelihood of success on the merits of the appeal, and whether the interests of the Applicant outweigh those of the opposite party or parties. See Award of CAS 2003/O/486; Orders of CAS 2013/A/3199; CAS 2010/A/2071; 2001/A/329; and CAS 2001/A/324. These requirements are cumulative. See Orders of CAS 2013/A/3199; CAS 2010/A/2071; and 2007/A/1403. Accord, Paolo Patocchi, "Provisional Measures in International Arbitration".9 In International Sports Law and Jurisprudence of the CAS (M. Bernasconi, ed.), 68-72.

II. Expedited procedures under the provisions of the Code

For CAS ordinary arbitration procedures, Article R44.4 of the Code provides that “[w]ith the consent of the parties, the Division President or the Panel may proceed in an expedited manner and may issue appropriate directions therefor”. For CAS appeals arbitration procedures, Article R52 of the Code provides that “[w]ith the agreement of the parties, the Panel or, if it has not yet been appointed, the President of the Division may proceed in an expedited manner and shall issue appropriate directions for such procedure”.

Each party may request an expedited procedure and the CAS Court Office may propose one upon initiation of the proceedings. The Panel, once constituted, may also propose one if the circumstances so require. However, no expedited proceedings may be implemented in the absence of an agreement of all the parties involved in the arbitration. The parties will generally be invited to agree on an expedited schedule suggested by the CAS Division President or the Panel. In case the parties disagree on such suggested expedited procedural schedule, the CAS Division President or the Panel may impose an expedited calendar. The CAS Division President or the Panel has total discretion in fixing appropriate expedited proceedings.

Expedited procedures are sometimes provided for in the regulations of some sport federations. For example, the UEFA Champions League Regulations expressly provide that appeals against decisions by its judicial bodies may be appealed to the CAS within ten days from the date of notification and that the proceedings before the CAS shall be conducted in an expedited manner.10

In recent times, the CAS has issued many expedited proceedings before the start of the European football competitions (see for example the cases involving the Turkish clubs Fenerbahçe and Besiktas against UEFA – CAS 2013/A/325611 and CAS 2013/A/325812) or before the opening of the transfer windows (see for example the case involving FC Barcelona against FIFA – CAS 2014/A/3793). In such situations, CAS procedures are completed within days or weeks. An interesting expedited doping case was the Cielo case (CAS 2011/A/2495) where the proceedings were held in one week with a hearing in Shanghai, China, where the World Swimming Championships were taking place. The operative part of the award was rendered immediately after the hearing, the date prior to the competitions. More recently, the case of the Czech Cyclist, Roman Kreuziger, against the UCI, concerning his provisional suspension pending an investigation into a possible anti-doping offence (CAS 2014/A/3694),13 has also been dealt in an expedited manner as the rider intended to compete in the 2014 Tour of Spain and possibly in the UCI World Road Championships.

As a side note, even if there is no agreement from all the parties involved in an arbitration to expedite the proceedings, the CAS will always do its best efforts to conduct the proceedings efficiently and swiftly to meet the parties’ needs.

III. CAS ad hoc divisions for special events

For specific events and for a specific duration, the International Council of Arbitration for Sport (the “ICAS”) may, with the event organizer, put into place an ad hoc division of the CAS the function of which is to provide for the free resolution by arbitration of the disputes covered by the regulations of the sports-governing body under which the sport event takes place, within 24 hours (or 48 hours for the last edition of the FIFA World Championship 2014 in Brazil).

The CAS ad hoc regulations for the Olympic Games 14 provide that the CAS has jurisdiction to hear disputes related to the Olympic Games which arise ten days prior to the opening ceremony until the closing ceremony. Such specific regulations have been implemented for each rendition of the Olympic Games since the ones held in 1996 in Atlanta, Georgia, United States of America. In order to meet the 24 hours deadline to render an award, the proceedings generally comprise only the application (a standard form to be downloaded from the CAS website) and a hearing. The Panel may also invite the Respondent(s) to file written observations if the time allows it, and/or order it to file evidence in its possession. Such deadline may be extended if the case does not present some urgency in view of the competition schedule. Notwithstanding the above, the Applicant may also request that provisional and conservatory measures be granted.

The ICAS has also put into place CAS ad hoc divisions15 for regional Multi-Sport Games such as the Commonwealth Games since 1998, and the Asian Games and Asian Beach Games since 2014. The organization and proceedings for such events are similar to the ones for the Olympic Games, with a smaller group of arbitrators though.

Finally, CAS ad hoc divisions have also been put into place for other events such as the UEFA European Championship since 2000 and the FIFA World Cup since 2006. As stated above where, for the 2014 FIFA World Cup in Brazil where the deadline for rendering an award was 48 hours, the proceedings for such events and the settlement of disputes arising from them are similar to those for the Olympic Games with the difference that operations are conducted at a distance, that no CAS delegation is present in the host country during the competition and that hearings may rather be conducted by video-conference. At the World Cup 2014, the CAS ad hoc Division could have handled a procedure involving the Uruguayan football player Luis Suarez v. FIFA following disciplinary incidents during a World Cup match between Uruguay and Italy, but since Uruguay was eliminated from the competition, Suarez decided to file his appeal at the CAS in Lausanne.

 

Conclusion

The nature of sport, and the industries surrounding sport, is such that timing of relief is very often the defining nature of the relief itself; the relief may not be effective if not rendered quickly. Multi-million or billion dollar sports events do not stop or pause to allow legal processes to occur; when an athlete or a federation or other sport participant has a legal problem, the deadlines remain intact which means the relief must be rendered timely. Similarly, construction projects, television broadcast agreements, and sponsorship issues do not stand still while the underlying sporting event or events continue. These cases demand the opportunity for relief that is both fair and fast, and in some cases, involving disputes that satisfy certain pre-requisites, free. A product of sport itself, the CAS has and will always offer an efficient arbitration system specifically adapted to the needs of its customers, those who act in sport worldwide.

 

French Translation

Jeffrey G. Benz – avocat, arbitre, médiateur – Benz Law Group, Los Angeles, Etats-Unis et 4 New Square Barristers, Londres, Royaume-Uni

William Sternheimer – avocat – Conseiller Responsable arbitrage, Tribunal Arbitral du Sport, Lausanne, Suisse

Introduction

Selon les principes historiques et fondamentaux régissant la compétence arbitrale dans le monde, un différend ne peut en principe être soumis au Tribunal Arbitral du Sport (le « TAS ») que si une convention d'arbitrage existe entre les parties ou si la réglementation d’un organisme sportif prévoit un tel arbitrage pour les recours contre les décisions prises en première instance par les organes judiciaires de cet organisme. Ce principe est expressément prévu aux articles R38 et R47 du Code de l’arbitrage en matière de sport du TAS (le « Code »).

L'article R27 du Code précise que le TAS a compétence pour régler les différends qui ont « un lien avec le sport ». Bien que ce principe, et la formule utilisée, semble constituer une limite concernant la compétence, en faire une lecture stricte serait trompeur. La compétence « en lien avec le sport » a toujours été interprétée de manière large.

Ainsi, dans le cas TAS 92/81 L. c. Y. SA, le simple fait pour le différend contractuel de concerner un accord de licence exclusif pour des bateaux de sport de vitesse était suffisant pour fonder la compétence du TAS en application de l'article R27 du Code. La Formation arbitrale a également constaté que l'accord avait été signé avec L. non seulement pour des raisons techniques, mais aussi pour sa réputation en tant que navigateur. Même si elle a estimé que le lien avec le sport pouvait être considéré comme ténu, la Formation arbitrale a constaté que la volonté des parties de soumettre leurs différends à l'arbitrage du TAS devait prévaloir : « [e]n matière d'arbitrage, la source de la compétence du tribunal arbitral est la volonté commune des parties de soumettre leur litige à l'arbitrage. Si les parties décident de procéder par arbitrage, elles disposent d'une très grande liberté pour le choix des arbitres ou de l'institution arbitrale auxquels ils s'adressent. Le TAS est une institution arbitrale qui met à disposition des parties une procédure arbitrale rapide et peu coûteuse. Le TAS a été créé pour favoriser la résolution des litiges dans le domaine spécifique du sport. Vu les avantages, notamment des coûts très réduits, qu'il offre, il est normal que son champ d'activité soit défini et limité aux affaires liées au sport. C'est là précisément l'objet de l'article 4 du Statut.1Si un litige ne rentre pas dans le cadre de l'article 4, le TAS peut refuser de le traiter et de faire ainsi bénéficier les parties d'avantages qui ne leur sont pas destinés. Tel est le sens de l'article 4. En revanche, rien n'empêche le TAS d'accepter de traiter d'un litige que des parties lui soumettent, même si ce litige n'entre pas dans le cadre de l'article 4 du Statut. Il convient alors que les membres de la formation arbitrale soient également d'accord. Ceci vaut à fortiori dans les cas d'un litige qui a des liens avec le domaine du sport, mais qui pourraient n'être pas suffisants ». Cette approche est conforme au principe général selon lequel, pour éviter le règlement des différends devant une juridiction étatique, il faut consentir à la compétence d'un arbitre et à l'arbitrage.

En principe, en vertu de l'article R27 du Code, deux types de différends peuvent être soumis au TAS : les litiges disciplinaires et les litiges commerciaux. Les litiges disciplinaires concernent typiquement le dopage, la non-exécution d'une décision, la corruption ou les matches truqués, mais à partir du moment où le nombre de problèmes dans le sport continue à augmenter, il n'y a aucune raison que la liste des différents types de litiges disciplinaires ne puisse pas continuer à croître. Les litiges commerciaux concernent essentiellement des questions d’exécution des contrats, telles que les transferts de joueurs entre clubs, les litiges entre les joueurs, les entraîneurs, les agents et les clubs en matière de droit du travail, les licences, la diffusion, et les accords de sponsoring. Alors que les différends disciplinaires sont presque exclusivement soumis à la procédure arbitrale d’appel du TAS, les différends commerciaux peuvent être soumis aux procédures arbitrales tant d’appel qu'ordinaire du TAS.

En ce qui concerne la procédure arbitrale d’appel, l'article R59 du Code prévoit que la sentence du TAS devrait être rendue dans les trois mois à partir du transfert du dossier à la Formation arbitrale. Le dossier sera transféré à la Formation arbitrale une fois que l'avance de frais aura été payée par l'appelant pour les cas relevant des dispositions de l'article R64 du Code ou une fois que la Formation arbitrale aura été confirmée par le Président de Chambre dans les cas visés par les dispositions de l'article R65 du Code. Ce délai peut être prolongé pour diverses raisons, notamment en raison de requêtes procédurales ou encore de la complexité de l'affaire. En pratique, la durée totale moyenne d’une procédure arbitrale d’appel au TAS est de cinq mois à partir du dépôt de la déclaration d'appel, avec certaines procédures plus longues et d’autres plus courtes, en fonction de la volonté des parties de procéder rapidement ou non. Les prorogations de délais demandées par les parties et leurs disponibilités pour assister à une audience peuvent considérablement affecter le calendrier de la procédure arbitrale. Dans la procédure d'arbitrage ordinaire, les sentences n’ont pas besoin d'être rendues dans un délai précis, mais en pratique, la durée totale moyenne d'une telle procédure est de moins d'un an, avec de grandes variations entre les cas (de trois mois à deux ans). Ceci s’explique par le fait que les arbitrages peuvent être suspendus pour donner le temps aux parties de négocier une transaction, que le Code autorise le dépôt d’observations supplémentaires (par exemple, les mémoires en demande et en défense en plus de la requête d'arbitrage et de la réponse à la requête, les écritures sur les coûts, etc.) et que souvent les parties elles-mêmes demandent des prolongations de délai ou la possibilité de déposer des observations supplémentaires lorsque des problèmes surviennent en cours d'affaire.

En certaines occasions néanmoins, le temps est une condition essentielle et le TAS prévoit différents types de procédures accélérées pour le cas où les parties, dans leur convention d'arbitrage, ou les règlements de l'organisme sportif concerné, n'en prévoient pas. Ces procédures sont adaptées à des situations où des compétitions ou des événements tels que des assemblées générales, des élections, etc., sont programmées. Par le renvoi au TAS et à ses règles, ces procédures deviennent disponibles pour tous les différends, pour autant que les conditions requises pour l'octroi de telles mesures ou pour l'application des règles soient remplies.

Avec l'adoption, au cours des deux dernières années, de nouvelles règles par les principales institutions internationales d'arbitrage commercial, les dispositions en matière de mesures provisionnelles ou d’urgence sont désormais à la mode et font partie intégrante de l'arbitrage commercial international, bien que les données sur la fréquence à laquelle les parties cherchent à recourir à telle mesure ne sont pas faciles à obtenir.2 Le TAS dispose de règles pour les mesures provisoires et accélérées depuis 1994 au moins, et la possibilité de rendre une justice rapide et fondée réunissant toutes les garanties d'une procédure équitable est un trait caractéristique de l'arbitrage sportif devant le TAS. Cet article examine brièvement ces dispositions et les méthodes par lesquelles les parties peuvent se prévaloir de ou se défendre contre la mise en œuvre de ces processus.

I. Les mesures provisionnelles

L’article R37 du Code dispose ce qui suit:

« Aucune partie ne peut requérir des mesures provisionnelles et conservatoires selon le présent Règlement de procédure avant que toutes les voies de droit interne à la fédération ou organisation sportive concernée n’aient été épuisées.

(…)

Le Président de la Chambre concernée, avant la transmission du dossier à la Formation, puis la Formation peuvent, sur requête d’une partie, ordonner des mesures provisionnelles ou conservatoires. Par la soumission au présent Règlement de procédure d’un litige relevant de la procédure d’arbitrage ordinaire ou de la procédure arbitrale d’appel, les parties renoncent à requérir de telles mesures auprès des autorités ou tribunaux étatiques.

Saisi d’une requête de mesures provisionnelles, le Président de la Chambre concernée ou la Formation invite la/les autre(s) partie(s) à se prononcer dans les dix jours ou dans un délai plus court si les circonstances l’exigent. Le Président de la Chambre concernée ou la Formation rend une ordonnance à bref délai et statue en premier lieu sur la compétence du TAS prima facie. (…) En cas d’extrême urgence, le Président de la Chambre concernée, avant la transmission du dossier à la Formation, puis le Président de la Formation peuvent rendre une ordonnance sur simple présentation de la requête, sous réserve de la détermination ultérieure de la partie adverse.

Pour décider de l’octroi de mesures provisionnelles, le Président de la Chambre ou la Formation prend en considération le risqué de dommage irréparable qu’encourt le requérant, les chances de succès de la demande au fond et l’importance des intérêts du requérant par rapport à ceux du (des) défendeur(s)/intimé(s).

La procédure de mesures provisionnelles et les mesures provisionnelles éventuellement déjà octroyées sont automatiquement annulées si la partie qui les a demandées ne dépose pas de requête d’arbitrage dans les 10 jours suivant le dépôt de la demande de mesures provisionnelles (procédure ordinaire) ou de déclaration d’appel dans le délai prévu à l’article R49 du Code (procédure d’appel). Ces délais ne peuvent pas être prolongés.

(…) ».

Même si l'article 183(1) de la Loi suisse sur le droit international privé (LDIP) peut être interprété comme impliquant que seuls les tribunaux arbitraux peuvent ordonner des mesures provisionnelles, l'article R37 du Code prévoit la compétence du TAS, à travers les Présidents de Chambres, pour ordonner des mesures provisionnelles avant même la constitution des Formations arbitrales.

Depuis la révision du Code de 2013, les parties peuvent demander des mesures provisionnelles immédiatement après la notification d'une décision finale par un organisme sportif, avant même de déposer formellement une requête d'arbitrage ou une déclaration d'appel. La seule exigence pour une telle demande est que « toutes les voies de droit interne à la fédération ou organisation sportive concernée aient été épuisées ».

L’article R37 du Code ainsi que l'article 183 LDIP ne précisent ou ne restreignent aucunement les types de mesures provisionnelles qui peuvent être ordonnées.

Lorsqu’une demande de mesures provisionnelles est déposée, la procédure est la suivante:

Le Greffe du TAS accorde un délai de dix jours au(x) défendeur(s) ou à l'(aux) intimé(s) pour déposer des observations concernant la demande. Un délai plus court peut être fixé par le Greffe du TAS si les circonstances l'exigent ou si le requérant demande expressément que sa demande soit traitée de manière accélérée. Dans ce dernier cas, le Greffe du TAS vérifie si les circonstances commandent qu’un délai plus court soit accordé pour le dépôt des observations sur la demande. Le Président de Chambre du TAS rend ensuite à brève échéance une ordonnance sur la demande de mesures provisionnelles et conservatoires. Il peut rendre uniquement le dispositif de l'ordonnance si les circonstances l'exigent. Dans des cas exceptionnels d'extrême urgence, le Président de Chambre du TAS peut rendre une ordonnance ex parte sur la demande de mesures provisionnelles et conservatoires.

Une illustration récente concerne l'affaire CAS 2014/A/3571 Asafa Powell v. Jamaïcain Anti-Doping Commission (JADCO). Dans sa déclaration d'appel et mémoire d'appel, l'appelant avait exprimé le souhait d’avoir une audience et une décision finale au fond avant la date limite de participation aux qualifications pour les Jeux du Commonwealth qui devaient avoir lieu à Kingston, Jamaïque, du 26 au 29 juin 2014. La date limite pour l’enregistrement à ces qualifications était fixée au 20 juin 2014. Le 11 juin 2014, après plusieurs incidents de procédure, lorsqu'il apparut qu'une audience ne pourrait avoir lieu avant le 20 juin 2014, l'appelant a déposé une demande de sursis à l'exécution de la décision attaquée. Le 18 juin 2014, le dispositif de l'ordonnance sur requête d’effet suspensif a été rendu par la Formation arbitrale du TAS.

Conformément à la jurisprudence du TAS codifiée dans la version 2013 du Code, et en règle générale, au moment de décider si des mesures provisionnelles ou conservatoires peuvent être ordonnées, il est nécessaire d'examiner si la mesure est utile pour protéger le requérant d’un préjudice irréparable, la probabilité de succès au fond de l'appel, et si les intérêts du requérant l'emportent sur ceux de la (des) partie(s) adverse(s).3 Ces conditions sont cumulatives.4

II. Les procédures accélérées d’après les règles du Code

Pour les procédures d’arbitrage ordinaire du TAS, l'article R44.4 du Code prévoit qu' « [a]vec l’accord des parties, le Président de la Chambre ou la Formation peut recourir à une procédure accélérée et en fixer les modalités ». Pour les procédures arbitrales d’appel du TAS, l’article R52 du Code dispose qu' « [a]vec l’accord des parties, la Formation ou, si celle-ci n’est pas encore constituée, le Président de Chambre peut recourir à une procédure accélérée et en fixer les modalités ».

Chaque partie peut demander une procédure accélérée et le Greffe du TAS peut en proposer une lors de l'ouverture de la procédure. La Formation arbitrale, une fois constituée, peut également en proposer une si les circonstances l'exigent. Cependant, aucune procédure accélérée ne peut être mise en œuvre en l'absence d'un accord de toutes les parties impliquées dans la procédure d'arbitrage. Les parties seront généralement invitées à s’entendre sur un calendrier accéléré proposé par le Président de Chambre du TAS ou la Formation arbitrale. En cas de désaccord, le Président de Chambre du TAS ou la Formation arbitrale pourra imposer un calendrier accéléré. Le Président de Chambre du TAS ou la Formation arbitrale a une totale discrétion pour fixer la procédure accélérée appropriée.

Des procédures accélérées sont parfois prévues dans les règlements de certaines fédérations sportives. Ainsi, le Règlement sur la Ligue des Champions de l'UEFA prévoit expressément que les recours contre les décisions prises par les organes judiciaires de la confédération peuvent être portés en appel devant le TAS dans les dix jours à compter de la date de notification et que la procédure devant le TAS doit être menée de manière accélérée.

Récemment, le TAS a organisé de nombreuses procédures accélérées avant le début des compétitions européennes de football5 ou avant l'ouverture des périodes de transferts.6 Dans de telles situations, les procédures du TAS sont achevées en quelques jours ou semaines. En matière de dopage, l'affaire Cielo7 est intéressante dans la mesure où une procédure accélérée s’est déroulée en une semaine avec une audience à Shanghai, en Chine, où les Championnats du monde de natation avaient lieu. Le dispositif de la sentence a été rendu immédiatement après l'audience, avant le début des compétitions. Plus récemment, le cas du cycliste tchèque Roman Kreuziger contre l'UCI, concernant sa suspension provisoire en attendant une enquête sur une éventuelle infraction antidopage,8 a également été traité de manière accélérée puisque le cycliste avait l’intention de participer au Tour d'Espagne 2014 et éventuellement aux Championnats du Monde sur route de l’UCI.

En toute état de cause, même s’il n’existe pas d'accord entre toutes les parties impliquées dans une procédure d'arbitrage afin d'accélérer la procédure, le TAS fera toujours tout ce qui est en son pouvoir pour mener la procédure efficacement et rapidement afin de répondre aux besoins des parties.

III. Les chambres ad hoc du TAS pour des événements particuliers

Pour des événements spécifiques et pour une durée déterminée, le CIAS peut, avec l'organisateur de l'événement, mettre en place une chambre ad hoc du TAS dont la fonction est de fournir gratuitement un système de résolution par voie d'arbitrage des litiges couverts par les règlements de l’organisme sportif en vertu duquel l'événement sportif a lieu, dans les 24 heures (ou 48 heures pour la dernière édition du Championnat du Monde de la FIFA 2014 au Brésil).

Les règles ad hoc du TAS pour les Jeux Olympiques prévoient que le TAS est compétent pour connaître des différends liés aux Jeux Olympiques qui surviennent dix jours avant la cérémonie d'ouverture jusqu'à la cérémonie de clôture. Ces règles spécifiques ont été mises en œuvre pour chaque édition des Jeux olympiques depuis ceux qui se sont tenus en 1996 à Atlanta, aux États-Unis. Afin de respecter le délai de 24 heures pour rendre une sentence, la procédure comprend généralement uniquement la requête (un formulaire type à télécharger sur le site internet du TAS) et une audience. La Formation arbitrale peut également inviter le(s) défendeur(s) à soumettre des observations écrites si le temps le permet, et/ou lui (leur) ordonner de déposer des preuves en sa (leur) possession. Ce délai peut être prolongé si le cas ne présente pas une certaine urgence au vu du calendrier de la compétition. Nonobstant ce qui précède, le demandeur peut également requérir que soient accordées des mesures provisionnelles et conservatoires.

Le CIAS a également mis en place des chambres ad hoc du TAS pour des Jeux multisports régionaux tels que les Jeux du Commonwealth depuis 1998, et les Jeux asiatiques et Jeux asiatiques de plage depuis 2014. L'organisation et la procédure pour de tels événements sont similaires à celles pour le Jeux Olympiques, avec toutefois un plus petit groupe d'arbitres.

Enfin, des chambres ad hoc du TAS ont également été mises en place pour d'autres événements tels que le Championnat d'Europe de l’UEFA depuis 2000 et la Coupe du Monde de la FIFA depuis 2006. Comme indiqué ci-dessus où, pour la Coupe du Monde de la FIFA 2014 au Brésil, la date limite pour rendre une sentence était de 48 heures, la procédure pour de tels événements et le règlement des différends qui en découle sont similaires à ceux pour les Jeux Olympiques, à la différence que les opérations sont menées à distance, qu'aucune délégation du TAS n’est présente dans le pays hôte pendant la compétition et que les audiences peuvent plutôt se tenir par vidéo-conférence. Lors de la Coupe du Monde 2014, la chambre ad hoc du TAS aurait pu avoir à gérer une procédure opposant le joueur de football uruguayen Luis Suarez à la FIFA suite aux incidents disciplinaires survenus lors du match entre l'Uruguay et l'Italie, mais dès lors que l'Uruguay avait été éliminé de la compétition, Suarez a décidé de déposer son appel au TAS à Lausanne.

 

Conclusion

Le sport et ses industries environnantes sont organisés de telle manière que le moment de la résolution du différend est très souvent l’essence même du différend; la résolution du litige peut ne pas être efficace si elle ne survient pas rapidement. Des événements valant plusieurs millions ou milliards de dollars ne s’arrêtent pas ou ne sont pas suspendus pour permettre d'organiser les procédures juridiques; lorsqu’un athlète ou une fédération ou un autre participant sportif a un problème juridique, les échéances restent inchangées, ce qui signifie la résolution du différend doit survenir en temps opportun. De même, les projets de construction, les accords de diffusion télévisuelle, et les questions liées au sponsoring ne sont pas mis en attente pendant que l'(les) événement(s) sportif(s) continue(nt). Ces cas exigent une résolution à la fois équitable et rapide, et, dans certains cas impliquant des différends qui satisfont à certaines conditions préalables, gratuite. Un produit du sport lui-même, le TAS offre et offrira toujours un système d'arbitrage efficace spécifiquement adapté aux besoins de ses clients, ceux qui agissent dans le sport dans le monde entier.

 

Views

9870

Related Articles

About the Author

Jeffrey Benz

Jeffrey Benz

Jeff is a Door Tenant at 4 New Square Chambers, London and accomplished arbitrator and mediator. As a former General Counsel of the United States Olympic Committee, and former athlete, Jeff's sports credentials are without compare. Jeff has acted as a neutral or counsel in a wide variety of sports, including, among others, ice hockey, gymnastics, speedskating, figure skating, football and soccer, rugby, track and field, team handball, equestrian, table tennis, triathlon, wrestling, tennis, taekwondo, volleyball, boxing, cycling, sailing, and complex disputes and transactions involving sponsorships, film financings and production, technology, licensing, and live events.

  • This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
William Sternheimer

William Sternheimer

William Sternheimer, Morgan Sports Law

William joined Morgan Sports Law in January 2019 after spending ten years at the Court of Arbitration for Sport (CAS), initially as Counsel, then as Managing Counsel & Head of Arbitration and finally as Deputy Secretary General. Prior to that, William worked for a leading international law firm for three years.

William’s practice is focused on international arbitration and alternative dispute resolution in the context of sports disputes. William’s recent experience includes management of the CAS ad hoc Divisions at the 2018 PyeongChang Olympic Winter Games and the 2016 Rio Olympic Games. He also acted as the Secretary General of the CAS ad hoc Divison for the 2018 Asian Games in Jakarta and the 2017 Asian Indoor and Martial Arts Games in Ashgabat. During his time at the CAS, William oversaw approximately 940 CAS arbitrations covering all subject matters, including contractual, disciplinary (e.g. corruption, doping, match-fixing, Financial Fair Play), regulatory and governance disputes. More than 700 of those arbitrations related to football.