CCES shares proposed reforms developed by 17 NADOs to strengthen and unify the global fight for clean sport

Press Release
 

This article is written in English with a French translation underneath.

31 August 2016 - On August 29 and 30, the Canadian Centre for Ethics in Sport (CCES) was pleased to participate in a National Anti-Doping Organization (NADO) Summit held in Copenhagen, Denmark. The purpose of the summit was to discuss important changes needed to increase the effectiveness of global anti-doping efforts.

To keep the Canadian sport community informed, the CCES is sharing the media release (below) issued by Anti Doping Denmark which outlines the recommendations developed by the 17 NADOs who were in attendance:

NADO Leaders Propose Series of Reforms to Strengthen Global Anti-Doping Efforts

  • Extraordinary NADO Summit held in Copenhagen, Denmark.
  • Leaders seek to remove fundamental conflict of interest that exists when anti-doping decisions are controlled by sport organizations.
  • Proposal for the World Anti-Doping Agency (WADA) to be strengthened through improved independence, transparency and increased investment.
  • WADA’s authority and capacity to investigate, and impose sanctions and consequences for Code non-compliance should be extended and separated from sport.
  • Leaders call for increased protection and support for all whistleblowers, including Yuliya and Vitaly Stepanov, by all relevant organizations, including the IOC and Russia.

COPENHAGEN, DENMARK (August 30, 2016) – The leaders of 17 National Anti-Doping Organizations (NADOs) came together for a special summit in Copenhagen, Denmark, this week to discuss reforms that best serve the interests of clean athletes and restore confidence in the integrity of anti-doping decisions in international sport.

As a dedicated group of NADO leaders from around the world, we recognize we are at a crossroads in the fight for clean sport,” said the leaders in a joint statement. “With the best interests of clean athletes at heart, we have come together to discuss reforms that we believe will better protect them, restore confidence in the global anti-doping effort that has been deeply damaged, and ensure that the disturbing events of recent years are not repeated.

Over the course of the two-day summit hosted by Anti Doping Denmark (ADD), the NADO leaders discussed some of the most pressing issues facing the current anti-doping landscape, including debate over how best to improve the effectiveness of NADOs, the inappropriate involvement of sport leaders in critical anti-doping decisions and activities, the need for a strengthened WADA capable of ensuring a level playing field in countries with failing anti-doping structures, and long overdue reforms to ensure the current and future protection and support of whistleblowers – including that of Yuliya and Vitaly Stepanov. 

Recognizing WADA’s efforts and progress since its inception in 1999, NADO leaders made substantive recommendations meant to improve and strengthen WADA’s capabilities, including improved systems for Code compliance, the adoption of clear sanctions for large-scale subversions of the anti-doping system (e.g. state-supported doping in Russia) and increased capacity for WADA to investigate and impose proportionate sanctions for Code non-compliance.

The NADO group also proposed wide-ranging governance reforms for all anti-doping organizations, including WADA, in an attempt to better promote independence from sport. These reforms include a proposal that no decision-maker within an anti-doping organization should hold a policy-making position within a sport or event organizer. While there was recognition of the value in maintaining close collaboration with sport – especially in regard to anti-doping education, funding and intelligence sharing – the leaders brought forth an important proposal to separate investigatory, testing and results management functions from sports organizations, in order to prevent the inherent conflict of interest that exists when a sports organization is tasked with both promoting and policing itself.

The leaders also expressed unequivocal support for the completion of the independent investigation into state-supported doping in Russia by Richard McLaren, as well as calls for a public commitment from the International Olympic Committee and Russia to assist in guaranteeing the safety, security and well-being of Yuliya and Vitaly Stepanov.

The proposals were written and endorsed by anti-doping leaders from around the world, including Australia, Austria, Canada, Denmark, Finland, France, Germany, Ireland, Japan, Netherlands, New Zealand, Norway, Sweden, Singapore, Switzerland, United Kingdom, United States as well as Institute of National Anti-Doping Organizations (iNADO).

For any and all media inquiries, please contact Ditte Toft Clausen, Communications Manager at Anti Doping Danmark via e-mail at This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it..

The CCES is an independent, national, not-for-profit organization with a responsibility to administer the Canadian Anti-Doping Program. We recognize that true sport can make a great difference for individuals, communities and our country. We are committed to working collaboratively to activate a values-based and principle-driven sport system; protecting the integrity of sport from the negative forces of doping and other unethical threats; and advocating for sport that is fair, safe and open to everyone.


 

Le CCES appuie les réformes élaborées et proposées par 17 ONAD visant à renforcer et à unifier la lutte mondiale pour le sport sain

31 août 2016) – Le Centre canadien pour l’éthique dans le sport (CCES) était heureux de participer, les 29 et 30 août, à un sommet réunissant des organisations nationales antidopage (ONAD) à Copenhague, au Danemark, afin de discuter des changements importants nécessaires à l’augmentation de l’efficacité des efforts antidopage à l’échelle internationale.

Afin de tenir la communauté sportive informée, le CCES publie le communiqué de presse (ci-dessous) d’Anti-Doping Denmark, qui résume les recommandations suggérées par les 17 ONAD présentes : 

Les dirigeants des ONAD proposent une série de réformes en vue de renforcer les efforts globaux de lutte contre le dopage

  • Un sommet extraordinaire des ONAD à Copenhague, au Danemark
  • Les dirigeants cherchent à éliminer le conflit d’intérêt fondamental qui existe quand les décisions antidopage sont contrôlées par les organismes sportifs
  • Proposition pour que l’Agence mondiale antidopage (AMA) soit renforcée à la faveur de l’amélioration de son indépendance, de plus de transparence et d’un investissement accru
  • L’autorité de l’AMA et sa capacité de faire enquête et d’imposer des sanctions et des conséquences pour non-conformité au Code devraient être étendues et séparées du sport
  • Les dirigeants réclament une protection et un soutien accrus pour tous les dénonciateurs, y compris Yuliya et Vitaly Stepanov, par toutes les organisations pertinentes, incluant le CIO et la Russie

COPENHAGUE, DANEMARK (30 août 2016) – Les dirigeants de 17 organismes nationaux antidopage (ONAD) se sont réunis cette semaine à l’occasion d’un sommet spécial à Copenhague, au Danemark, afin de discuter des réformes qui serviraient le mieux les intérêts des athlètes qui ne se dopent pas et restaureraient la confiance dans l’intégrité des décisions antidopage dans le sport international.

« En tant que groupe dévoué de dirigeants d’organismes nationaux antidopage (ONAD) provenant du monde entier, nous reconnaissons que nous sommes à un croisée de chemins pour ce qui est du combat pour un sport sain », ont précisé les dirigeants dans une déclaration conjointe. « Ayant à cœur les meilleurs intérêts des athlètes qui ne se dopent pas, nous nous sommes réunis pour discuter des réformes qui, à notre avis, les protégeront mieux, restaureront la confiance dans l’effort global de lutte contre le dopage, qui a été profondément mise à mal, et feront en sorte que les événements perturbants des dernières années ne se répètent pas. »

Au cours du sommet de deux jours accueilli par Antidopage Danemark (ADD), les dirigeants des ONAD ont discuté de quelques-uns des problèmes les plus pressants que doit affronter l’environnement actuel de la lutte contre le dopage, dont le débat sur la façon d’améliorer le mieux l’efficacité des ONAD, l’implication inappropriée des dirigeants sportifs dans des décisions et des activités d’importance cruciale contre le dopage, le besoin d’une ADA renforcée, capable d’assurer une aire de jeu équitable dans des pays dont les structures de lutte contre le dopage sont défaillantes et les réformes attendues de longue date pour assurer la protection et le soutien actuels et futurs des lanceurs d’alerte – dont Yuliya et Vitaly Stepanov.

Reconnaissant les efforts de l’AMA et les progrès accomplis depuis ses débuts en 1999,les dirigeants des ONAD ont formulé des recommandations substantielles destinées à améliorer et renforcer les pouvoirs de l’AMA, y compris des systèmes améliorés de conformité au Code, l’adoption de sanctions claires dans les cas de subversion à grande échelle du système de lutte contre le dopage (par ex., le dopage soutenu par l’État en Russie) et une capacité accrue pour l’AMA de faire enquête et d’imposer des sanctions proportionnées dans les cas de non-conformité au Code.

Le groupe des dirigeants des ONAD a aussi proposé des réformes à grande échelle de la gouvernance pour toutes les organisations de lutte contre le dopage, incluant l’AMA, dans une tentative de mieux promouvoir leur indépendance par rapport au sport. Ces réformes comprennent une proposition selon laquelle aucun décideur au sein d’une organisation de lutte contre le dopage ne devrait occuper un poste de décideur politique au sein d’un organisme de sport ou d’un comité organisateur d’événement. Bien que l’on reconnaisse la valeur de maintenir une collaboration étroite avec le sport – particulièrement en ce qui a trait à l’éducation contre le dopage, le financement et le partage d’information – les dirigeants ont mis de l’avant une proposition importante à l’effet de séparer des organisations sportives les fonctions de gestion des enquêtes, des contrôles et des résultats, afin de prévenir le conflit d’intérêt inhérent qui existe quand une organisation sportive est chargée de s’autopromouvoir et de s’autodiscipliner.

Les dirigeants ont aussi exprimé un soutien sans équivoque à ce que soit complétée l’enquête indépendante sur le dopage soutenu par l’État en Russie de Richard McLaren, ainsi que lancé des appels pour un engagement public de la part du Comité international olympique et de la Russie de garantir la sécurité, la protection et le bien-être de Yuliya et Vitaly Stepanov.

Les propositions ont été rédigées et endossées par les dirigeants de la lutte contre le dopage de partout dans le monde, dont l’Allemagne, l’Australie, l’Autriche, le Canada, le Danemark, les États-Unis, la Finlande, la France, l’Irlande, le Japon, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Suède, Singapour et la Suisse, ainsi que l’Institut des organisations nationales antidopage (iNADO).

Pour toute demande de la part des médias, veuillez communiquer avec Ditte Toft Clausen, gestionnaire des communications à Antidopage Danemark par courriel àThis email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it..

Le CCES est l’organisme national indépendant et à but non lucratif responsable de l’administration du Programme canadien antidopage. Nous reconnaissons que le sport sain peut faire une grande différence pour les individus, les collectivités et notre pays. Nous avons pris l’engagement de travailler de façon collaborative pour engendrer un système sportif basé sur des valeurs et animé par des principes; de protéger l’intégrité du sport des forces négatives du dopage et d’autres menaces non éthiques; de défendre le sport juste, sécuritaire et ouvert à tous.

Views

1671

Related Articles

Subscribe to our update emails